25/08/2017

Alerte › LA SIRÈNE A ÉTÉ RÉDUITE AU SILENCE

La sirène ne sonnera plus qu'une fois par mois...|Photo © Pierre-Antony Epinette - icimedia@free.fr

Les habitants du village n’en croient plus leurs oreilles. Depuis deux mois, leurs journées ne sont plus rythmées par les appels de la sirène des pompiers, installée sur le toit de la mairie. Deux coups de boutoir, chaque fois, deux montées et deux descentes, une sonorité bien particulière et une puissance que bon nombre de Villeréalais trouvaient excessive en centre-ville...

Par Pierre-Antony Epinette – Journal Sud Ouest



La bastide était une des dernières du département, de la région, voire du pays à être encore dotée de ce dispositif. C’est désormais terminé.

Bien que pratique pour certains pompiers volontaires qui n’entendaient pas leurs bippers car ils exercent un métier trop bruyant, le système était devenu - à l’heure des moyens de communication modernes et performants - désuet.

D’autant que ces dernières années, les pompiers approchent des 400 sorties annuelles, avec une forte augmentation des interventions l’été (entendre la sirène trois ou quatre fois dans la journée n’était pas rare).

En pleine nuit, une sirène appelle au feu tous les pompiers... à la halle, 2 février 2006, deux heures du matin.  - Archives © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Continuer ainsi n’était donc pas tenable. En terrasse aux bars de la place, les touristes se demandaient si Golfech tenait toujours en un seul morceau tandis que les bébés perdaient autant de leur capacité auditive qu’ils versaient de larmes de leurs corps.

Quant aux grasses matinées des vacanciers qui vivaient dans le centre, elles étaient régulièrement écourtées. Tout comme les siestes des enfants en bas-âge.

C’est ainsi que les sapeurs de la bastide s’en tiennent désormais aux moyens conventionnels, c’est-à-dire aux simples bippers. Il n’en reste pas moins que c’est un véritable pan de l’histoire de la bastide qui s’est définitivement tu, au petit matin du 1er juillet.


 

 

 

25/08/2017